Comines-Warneton : Paul Sobol : Témoignage de l’Holocauste

Paul Sobol (93 ans) est venu témoigner des horreurs de l’Holocauste qu’il a connue à 14 ans, devant un auditoire bondé de l’Athénée Royal Fernand Jacquemin de Comines.


Il est le narrateur et écrivain du livre pédagogique : « Je me souviens d’Auschwitz » qui devrait encourager l’homme et la jeunesse modernes à ne plus jamais commettre de tels actes. Il est peut-être l’un des derniers témoins à avoir survécu au camp. Paul Sobol est né à Paris en 1926. Deux ans plus tard, sa famille déménage à Bruxelles. Lors de l’invasion allemande, la famille Sobol fusionne avec la population belge. En 1941, il reprend ses études jusqu’en 1942. Le port de l’étoile juive et l’inscription entraîneront la famille dans la clandestinité. Paul Sobol est appelé « Robert Sax » dans ces années. Le 13 juin 1944, alors que les forces alliées avancent en France, la famille Sobol est arrêtée par la Gestapo. Ils sont conduits à la caserne Dossin de Malines et feront partie du convoi n ° 26 du 31 juillet 1944, qui quittera la caserne Dossin en dernier pour quitter le territoire belge en direction d’Auschwitz. À son arrivée au camp d’Auschwitz, Paul Sobol a été affecté au Kommando d’un charpentier. Il exercera plusieurs activités durant son emprisonnement. Le 18 janvier 1945, en raison de l’avance alliée, il est contraint de participer à une marche de la mort au camp de Gross-Rosen d’où il sera enfermé avec tant d’autres dans des wagons en route vers un camp attenant de Dachau (Mühldorf Waldlager) (camp de Mühldorf) . Au cours de ce voyage, tout le monde se bat pour survivre. Seulement 20% des employés survivent à ce voyage. Le 25 avril 1945, après un bombardement, Paul Sobol s’enfui. Il se réfugiera dans un village parmi les prisonniers français qui seront libérés par les Américains le 1er mai 1945. Il retourne par la suite en Belgique, où il retrouvera sa sœur. Son frère cadet et ses parents ne sont jamais revenus.

Commenter