Ploegsteert : André et Ginette des Ploegsteertois en diamant !

C’était le 10 octobre 1959, que nos tourtereaux se promettaient fidélité à  Ploegsteert par le bourgmestre de l’époque Victor Huys. Cela fait donc 60 ans que Mr et Mme D’Hert André-Folcke Ginette se sont unis par les liens du mariage. André a vu le jour le 7 mars 1938 à Ploegsteert. Un beau jour, il rencontra Ginette née également en terre ploegsteertoise le 26 mai 1938.

Sur un air de rock’n roll !

C’est à Comines, chez « Lolo », à la « Cave » ou au « Casino » que Ginette sortait habituellement avec les copains et copines. C’était l’époque des danses endiablées venues tout droit des Etats-Unis, des jupes qui tournoyaient et des bandes de « mauvais garçons » aux bananes menaçantes. En parlant de bande, André, quant à lui écumait la région en compagnie de celle d’Armentières. Ginette lui fut présentée lors d’une sortie dont les effets principaux et secondaires se ressentent encore plus de soixante années plus tard…

Pour André, tout n’était pourtant pas gagné d’avance… La première tentative d’approche et le premier mot doux de Ginette se résuma en un : « Ah non, surtout par le Grand Blond… ! ». Comme quoi le cinéaste Yves Robert et l’acteur Pierre Richard n’ont rien inventé…le Grand Blond existait déjà et les chaussures noires étaient de rigueur à l’époque.

Ce n’est que quelques mois plus tard, lorsque le milicien André apparut en habits militaires, que Ginette craqua pour la vie… « Ah, qu’il était beau mon légionnaire… ».  Il n’en fallait pas plus pour conduire à l’autel, ce jeune couple qui n’allait plus se quitter.

Côté professionnel, Ginette travailla d’abord dans une usine de confection chez Claeys à Houplines de 1956 à 1964. Ensuite pendant une dizaine d’années, elle fit les délices de Marlène qui se gravait de « Melo-cakes » et de « patates » dans son épicerie-textile qu’elle a tenue dans la rue Henri Duribreu au Bizet. Entreprenante, elle ouvrait ensuite son magasin de vêtements « Novelty » implanté rue d’Armentières aux abords de la douane, où au fil des braderies, elle habilla plusieurs générations de Bizétois et de Bizétoises. Le 1er juin 1998, Ginette céda le flambeau à sa filleule Sandra avant de profiter d’une retraite bien méritée.

André quant à lui, n’arrêtait pas de tourner. Il tournait à gauche,  à droite… chez Decauville d’abord à Marquette où il façonnait de main de maître les pièces de métal et engrenages. C’était un métier qu’il appréciait, mais la chute des géants industriels, comme Massey-Fergusson entraîna la fermeture de l’usine et contraint André à se recycler.

D’abord un bref épisode de « marcheteu » (commerçant ambulant) et ensuite la « moutouelle ». De 1969 à 1995, André a été employé à la mutualité libérale à Comines, Warneton, Ploegsteert, Le Bizet, Messines et Neuve-Eglise. Vint ensuite la prépension en 1996 et la retraite en 2003.

Aujourd’hui, André et Ginette sont toujours très amoureux et continuent à profiter des bonnes choses de la vie, des bonnes tables et des bonnes bouteilles mais avec modération, cela va de soi. Tous deux aiment s’occuper de leur magnifique jardin fleuri. Inconditionnels supporters d’Eddy Merckx, (qui n’a pu se libérer pour les noces mais qui a transmis ses plus vives félicitations), André et Ginette suivent encore aujourd’hui, les plus grands prix comme le tour de France, le tour d’Italie, Paris Tours, … en tant que spectateurs. Confortablement installés devant la TV,  les jubilaires se remémorent alors la grande époque de leur idole Eddy.

Il ne restait plus alors qu’à notre Bourgmestre Alice leeuwerck à remettre les cadeaux d’usage avant que ne soit servi le verre de l’amitié.

Toutes nos félicitations à André et Ginette, à qui nous donnons rendez-vous dans cinq ans bien sûr.

Commenter