Comines : Exposition « Enfantissages ! » Les enfants reprennent leurs droits à Comines

L’exposition « Enfantissages » met l’enfant à l’honneur au Musée de la Rubanerie et tisse des parcours qui abordent le travail des enfants dans l’industrie textile, les luttes sociales qui en résultent et l’exploitation de leur image dans la publicité et la propagande. Ces thématiques offraient une belle opportunité de renouveau pour le musée et des ateliers spécialement prévus pour les plus jeunes ont été mis en place.

En découvrant ces immenses métiers à tisser issus de l’industrie textile, on pourrait éprouver des difficultés à l’associer à l’enfance. Pourtant, les témoins de notre région racontent l’exploitation infantile qui était la norme à une période où le Droit des Enfants n’existait pas. Le parcours retrace leur réalité de travailleur, mais aussi l’exploitation de leur image au fil des ans dans des publicités à prendre avec des pincettes. Qu’il s’agisse de propagande colonialiste ou de caricatures raciales, les publicitaires d’entre-deux-guerres utilisaient des méthodes qu’il ne faut pas occulter et qui doivent servir, aujourd’hui, de socle à nos réflexions.

* * *

Martha Desrumaux, une enfance de labeur, une vie de combat.
Impossible de ne pas mettre en lumière la vie extraordinaire de Martha Desrumaux, jeune fille qui travaillera dès ses 12 ans chez Cousin Frères, à Comines, en tant que varouleuse. Son enfance de labeur est à la racine de son engagement au sein de la lutte ouvrière. Cette forte personnalité osait déranger pour dénoncer les effroyables réalités du colonialisme, de l’exploitation ouvrière et des droits sociaux. On peut aisément faire le parallèle avec la réalité contemporaine des femmes et enfants du textile de certaines région d’Asie.

* * *

Une après-midi pour les enfants avec un diplôme du Marmouset à la clé !
Ce dimanche après-midi, six ateliers d’activités pour enfants ont été élaborés afin d’illustrer les thématiques de l’exposition. Une façon très ludique d’aborder ce patrimoine ! Avec leur Livret de Travail entre les mains, similaire aux livrets d’autrefois, ils ont sillonné le parcours. Entre manipulation de métiers à tisser, ramonage de conduit de chaudière ou concours du meilleur trieur de tirettes, ils n’ont pas démérité pour obtenir leur diplôme de Marmouset !

Qu’il s’agisse d’illustrations colonialistes ou de réalités sociétales toujours d’actualité hors de nos frontières, l’histoire défile son ruban et fait office de Mémoire. N’hésitez pas à venir découvrir l’exposition Enfantissages au Musée de la Rubanerie jusqu’en décembre 2022.

Commenter


Ploegsteert : L’Ecole Saint-Henri en fête.

L’école Saint-Henri de Ploegsteert était en fête ce samedi. Au programme, des danses et des chorégraphies de groupe préparées par les enfants pour le plus grand plaisir des parents et de leur famille. L’occasion aussi de partager un petit repas au profit de l’école. Le spectacle a ravi tout le petit monde venu admirer leurs chérubins.

Bravo à tous.

Commenter

Houthem – Le Bizet : C’était journée « Portes Ouvertes » à l’Académie des Beaux-Arts.

Des couleurs séduisantes, des œuvres personnelles, de l’expression et du talent. Voilà en quelques mots ce que les élèves des deux sections de l’antenne cominoise (Houthem et Le Bizet) de l’Académie des Beaux-Arts ont proposé à travers l’exposition annuelle présentée dans les locaux de l’académie, rue d’Hollebeke à Houthem et rue des Trois Évêchés au Bizet.

Les amateurs du genre ont pu découvrir dessin, peinture, sculpture, … Et les futurs élèves intéressés ont eu la possibilité de se renseigner sur les formations que l’académie propose ainsi que son infrastructure.

Si vous aussi désirez rejoindre l’une de ces implantations, sachez que l’académie est ouverte à toutes et tous, jeunes ou moins jeunes. Infos au 0032(0)56.55.48.39 ou par mail contact@aca-comines-warneton.be

Commenter

Ploegsteert : Urgent : RNOP Sauvetage du frêne et de l’orme

Ceci est un appel important fait par Yves DUBUC, le conservateur-adjoint de la RNOP.

Autrefois bien présents, les frênes et les ormes disparaissent peu à peu de nos paysages, victimes de maladies. Pour l’orme, l’affaire n’est pas neuve puisque la graphiose – le pathogène qui a causé sa raréfaction – a été détectée pour la première fois en 1916. Pour le frêne, c’est plus récent : la chalarose (maladie liée à un champignon invasif) n’a été identifiée qu’en 2006.
Résultat : les pépiniéristes ne les cultivent plus et certains forestiers les exploitent de manière systématique, qu’ils soient malades ou qu’ils soient sains, histoire d’en tirer profit tant que c’est encore possible. Leur sort semble donc définitivement scellé.
Pourtant, certains beaux sujets (surtout pour le frêne) se maintiennent çà et là. Il serait aberrant, voir criminel, de laisser disparaître un pan de notre patrimoine naturel sans tenter de sauver l’espèce en propageant les arbres qui présentent une certaine résistance à la maladie.
Je propose alors à chacun de prélever dans son jardin ou dans la nature (avec l’accord du propriétaire !) les semis de frêne (le bouturage ne fonctionne pas !), de les mettre en pot – sans oublier de les arroser – et de les apporter à la prochaine séance de plantation en novembre 2022 au « Bois de l’Espoir ». Pour l’orme, il est préférable de prélever des petits drageons (tiges prenant naissance sur une racine souterraine) issus d’ormes adultes qui n’ont pas eu de signes de Graphiose. Nous mettrons en terre ces jeunes plants en les identifiant. Une partie d’entre eux succombera probablement à la maladie, mais nous parviendrons à en sauver certains. Vous pouvez également tenter des semis à l’automne pour un repiquage en 2023 !
Attention, afin d’assurer un maximum de chances de reprise aux plants, ne prélevez pas de sujets faisant plus de 1,5 mètre de haut !


ASBL RNOP
Yves Dubuc
rnop2011@hotmail.com

 

Commenter

Ploegsteert : Madeleine Kimpe a fêté ses 100 ans !

Ce lundi 16 mai, c’était l’effervescence au Home Sacré-Cœur de Ploegsteert. Madeleine Kimpe, résidente depuis plus de 22 ans dans le home ploegsteertois y fêtait le cap symbolique des 100 ans.

Entourée de sa famille, des résidents, du personnel, de la direction et de la Ville de Comines-Warneton représentée par Mme La Bourgmestre Alice Leeuwerck et Monsieur l’Échevin Philippe Mouton, tous ont tenu à lui souhaiter un merveilleux anniversaire et à partager un moment festif avec elle.

Didier Vandeskelde du Royal Fasam Orchestra était également de la fête pour jouer quelques morceaux de musique et tous ont chanté en cœur au plus grand plaisir de… Madeleine.

Née le 15 mai 1922 à Angers, Madeleine vient s’installer avec son papa dans le quartier dit « du cimetière d’Armentières » au Bizet. Elle grandit, l’enfance passe et déjà, elle travaille à l’usine où elle sera bobineuse.
Elle mène une existence paisible auprès de son papa dont elle s’occupera beaucoup et qu’elle soignera jusqu’au bout.

Les années passent et elle vit ensuite rue du Touquet. Elle se lie d’amitié avec une de ses voisines ; Jeanine. Elle ne se marie pas, n’a pas d’enfant, mais elle aura le grand bonheur d’être la marraine de la petite-fille de cette dernière : Sylviane.

Madeleine aime les choses simples. L’entretien de sa maison, la cuisine, les balades à pied ou à vélo, la nature… et surtout la compagnie de son chien Poupette, dont elle parle encore si souvent…
Le vit se poursuivant et la solitude devenant un peu plus pesante, en décembre 1999, Madeleine décide d’entrer au « Sacré-Cœur »

Madeleine, connue de tous au home, est une personne adorable, douce et attachante. Volontaire, et spontanée, drôle aussi, elle participe aux animations avec toujours beaucoup de plaisir et d’enthousiasme. Elle aime s’amuser, rire et chanter ! Un rayon de soleil !

Encore un merveilleux anniversaire, Madeleine !

Commenter

Ploegsteert : Soectacle de mémoire collective – Une nuit en mai.

Depuis 1998, le centre culturel a entamé un travail de mémoire en mettant sur pied des spectacles basés sur la mémoire collective des habitants de l’entité cominoise.
En mai 2000, nous avons présenté le spectacle :
  « Reviens vite, je … ».
En mai 2003, un second volet s’est ajouté avec
  « 8h16, dernier train pour Paris… ».
En mai 2006 enfin, nous avions présenté un troisième volet qui traitait de la présence anglaise à Ploegsteert en 1915,
« Plug Street » .
En 2009 et 2012, deux nouvelles pages de mémoire se sont ajoutées à notre « livre d’histoire(s) » :
  « Comines en scènes ».
En mai 2015, C’est un Plugstreet revisité que nous avons proposé au public dans le cadre des commémoration 14-18
En mai 2018, c’est l’Armistice, la trêve de Noël, l’exode, Churchill, que nous avons vu dans :
  « Retour à Plugstreet »

En mai 2021, nous vous emmènerons durant la seconde guerre mondiale dans une fresque écrite par Xavier Hanotte et Benoit Misson et mise en scène par l’immanquable Alain Coulon.

Et cette année…
L’HISTOIRE…
27 mai 1940, 19 h 30, en lisière du Bois de Ploegsteert, sur le bord de la route. Deux véhicules sont immobilisés, probablement en panne. D’un côté, une berline civile, autour de laquelle attendent cinq femmes. De l’autre, une chenillette britannique, avec son équipage de fantassins du 1st Oxfordshire & Buckinghamshire (Ox & Bucks).
Une sourde canonnade gronde à l’est, du côté du canal Ypres-Comines. Des salves plus rapprochées lui répondent sporadiquement depuis le Bois.
Le soir tombe…

Un spectacle à voir absolument !! 
Un nouveau volet de notre mémoire qui nous emmène au début de la seconde
guerre mondiale !!!

40 comédiens
16 scènes.

Rendez- vous :

  – Vendredi 13 mai // 2 départs – 19h & 20h30
  – Samedi 14 mai // 2 départs – 19h & 20h30
  – Salle paroissiale de Ploegsteert, rue de Messines, 20.
Un bus vous emmènera sur les lieux de représentations et vous ramènera après le spectacle.

Le Bref Estaminet sera ouvert dès 18h et après les représentations.
Billetterie & restauration possible sur place.

Prévente : 15€ PREVENTE
Le soir-même à la salle Paroissiale : 20€

https://www.cccw.be/memoire-collective 

Commenter


Warneton : La FNC a commémoré le 77eme anniversaire de la fin de la seconde guerre.

Il y avait peu du monde pour la commémoration du 77ème anniversaire de la fin de la guerre 1940-45 à Warneton, ce dernier dimanche. C’est au monument aux morts, place de l’Abbaye à Warneton que la commémoration a débuté par différents dépôts de gerbes.

La cérémonie s’est poursuivie avec la remise de décoration :

Médaille de porte-drapeau de la F.N.C avec diplôme pour Germaine Bothy.

Commenter