Ploegsteert : LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE : Conséquence des guerres et source de nouveaux conflits

Sur les 20 pays considérés comme les plus vulnérables au changement climatique, 12 se trouvent en situation de conflit.

Les pays touchés par des conflits sont moins à même de faire face au changement climatique, précisément en raison de l’affaiblissement de leur capacité d’adaptation dû aux conflits.

Le changement climatique ne provoque pas directement des conflits, mais…
il peut indirectement accroître le risque de conflit en exacerbant les facteurs sociaux, économiques et environnementaux existants.

Par exemple, lorsque les éleveurs de bétail et les agriculteurs se retrouvent contraints de partager des ressources qui s’appauvrissent en raison du changement climatique, cela peut engendrer des tensions dans des lieux dépourvus de gouvernance solide.

L’environnement naturel est souvent victime des conflits

Trop souvent, l’environnement naturel est directement agressé ou dégradé par la guerre. Les attaques peuvent provoquer une contamination de l’eau, des sols et des terres, ou libérer des polluants dans l’air. Les restes explosifs de guerre peuvent contaminer les sols et les points d’eau, ainsi que nuire à la faune.

Encore aujourd’hui, on retrouve tous les jours dans le sol, des milliers de munitions, mines, obus…datant de la Grande Guerre !

Les conflits peuvent également contribuer au changement climatique. Par exemple, la destruction de vastes zones forestières ou la détérioration d’infrastructures telles que les installations pétrolières ou les grands sites industriels peuvent avoir des conséquences néfastes sur le climat.

Un plus grand respect envers les règles de la guerre peut réduire les dommages et les risques auxquels sont exposées les communautés touchées par les conflits en raison du changement climatique.

Commenter