« Sortie de Guerre » pour la Rubanerie à Armentières!

Ce dimanche 14 octobre, après avoir voté dès l’ouverture des bureaux, Olivier Clynckemaillie prenait la direction de la salle du Conseil de l’hôtel de ville d’Armentières afin d’y représenter la Rubanerie au 24ème forum des historiens du pays de Weppes.

Sur son stand, il a accueilli de nombreux curieux mais aussi d’anciens textiliens qui lui ont apporté, en plus de leur soutien, moult anecdotes qui viendront enrichir les collections immatérielles du Musée de la Rubanerie. Mais le forum fut aussi l’occasion pour l’institution textile cominoise de publier deux textes scientifiques (un sur le ruban et la foi, l’autre, sur la renaissance, après la Grande Guerre, de la,rubanerie Ducarin) illustrés avec des archives inédites. Ces textes sont par ailleurs librement consultables et téléchargeables depuis le site http://www.larubanerie.wordpres dans l’onglet « ressources et publications« .

Au terme de cette belle journée enrichissante, la Rubanerie a d’ores et déjà signé pour le prochain rendez-vous qui se tiendra en octobre 2019 à Wavrin, sur le thème des transports. A cette occasion, le conservateur a averti les organisateurs qu’il y présentera de nouvelles pièces inédites ayant trait tout autant aux rubans techniques qu’au transport des produits finis et conditionnés.

Commenter

Ploegsteert : La ducasse de la Hutte plus ancienne que la ducasse du village ?

La ducasse de la Hutte serait-elle plus ancienne que la ducasse du village ? La découverte de documents récents, affiches, prospectus, invitations nous laisse à penser que c’est possible. Une chose est certaine, la ducasse de la Hutte peut souffler cette année ses 63 bougies.

Sa popularité est identique d’année en année et sa date est bien les premier et deuxième week-ends de septembre.

Jacques Gaveele, coiffeur au Bizet, se souvient : « Mes parents habitaient dans les années 1950 le quartier de la Hutte. Ils étaient d’abord tenanciers du café Au bois de Boulogne avant de reprendre le café des Touristes. En ce temps-là c’était trois jours de fêtes non-stop. Les gens n’avaient pas ou peu de vacances. Ils travaillaient bien souvent pour ce week-end très festif. Je me souviens qu’au café des Touristes, la première année où nous y étions, la brasserie Vanuxeem devait ramener constamment des caisses de bière. Le dimanche c’était généralement toute la journée qu’il nous livrait. Il n’y avait pas les camions comme maintenant. C’était un aller-retour en voiture de la brasserie au café. Les gens savaient s’amuser en ce temps-là. Une année alors que nous étions encore au Bois de Boulogne (avant 1957), mes parents avaient fait monter une tente afin d’y tenir un bal. C’était grand pour l’époque et elle pouvait contenir pas mal de monde. Hélas la pluie s’est invitée pendant trois jours durant cette ducasse. Une catastrophe pour mes parents car, qui dit pluie dit pratiquement personne. Il n’en fut rien, au dernier moment, un plancher en bois a été installé. L’eau ruisselait de partout entre les planches et la fête a battu son plein. Cette année-là on n’a jamais eu autant de monde. Les jeunes s’amusaient comme des fous. Les garçons essayaient d’éclabousser les jeunes filles en sautant sur les planches pour faire monter l’eau et la boue en dessous des jupes. Il y avait une bien belle ambiance ! »

Voici donc trois documents de l’époque :

Le premier : un feuillet édité pour la kermesse de la Hutte le 9 octobre 1955. C’est le plus ancien document trouvé sur la kermesse. Il a été édité par Laura Rotsaert, tenancière du café de la Belle Promenade.

Le second : un carton d’invitation pour le Bal de la Kermesse le 12 octobre 1958. Le bal se tenait sous tente au café des « Touriste ». Il était tenu par la famille Gaveele – Blondeel

Le dernier document nous permet de dire qu’il y avait bien des affiches déjà éditées pour les ducasses. L’affiche de 1957 nous permet de voir le programme complet proposé par les différents cafés de l’époque, avec au passage, un peu de pub pour un cigarettiez de l’époque.

Commenter