Comines : Aqua ciné Lys le 26 Janvier prochain.

Venez vivre une expérience unique à la piscine Aqua-Lys de Comines en regardant un film installé confortablement dans une bouée sur l’eau.

– 1er film AQUA-CINE KID’S : LE ROI LION 1 – Ouverture des portes à 17h30 – Début du film à 18h15

– 2ème film AQUA-CINE LYS : PIRATES DES CARAIBES 1 – Ouverture des portes à 20h00 – Début du film à 20h30

Tarifs: place bouée (sur l’eau): 8,00€ – place assise (autour du bassin): 5,00€
Réservation et paiement obligatoires avant le 25/01/24 à l’accueil de la piscine – places limitées.
La présence d’un adulte (+18ans) est obligatoire pour les enfants de -8ans ou ne sachant pas nager.
Possibilité d’achat popcorn et boissons à l’entracte (2ème séance uniquement) – Une boisson offerte aux enfants de -12ans

Cafétéria ouverte – Le port du bonnet n’est pas obligatoire – T-shirt toléré

Plus de renseignements: PISCINE AQUA-LYS – Rue des arts, 6 à 7780 Comines – piscine.aqualys@ieg.be – 0032 56 55 58 17 – Messenger

En collaboration avec @centreculturelcomines

Continue Reading

Comines : Spectacles au profit de Viva For Live.

La Ville de Comines-Warneton organise un concert de Gospel ce vendredi 15 décembre, à 18h00 dans l’église Saint-Pierre-et-Paul de Warneton. La Ville organise également un spectacle son et lumière dans l’église Saint-Martin de Bas-Warneton ce samedi 16 décembre.

Ces deux évènements sont gratuits, mais une urne au profit de Viva for Life sera placée.

Continue Reading

Comines : Marché de Noël : beau succès pour cette édition 2023

Cette édition 2023 du marché de Noël de Comines mis sur pied par le SIDEC et la ville de Comines-Warneton, a remporté un beau succès populaire.

Bravo à l’équipe organisatrice qui a réussi à réunir une bonne trentaine d’exposants qui proposaient des articles pour tous les goûts. Dès l’ouverture, sous le marché couvert, les stands étaient pris d’assaut par de nombreux badauds à la recherche du petit cadeau de Noël ou encore pour déguster de succulents produits artisanaux accompagnés d’un bon petit verre.

Continue Reading

Comines : La sixième balade des Pères Noël

Ce vendredi en début de soirée, la sixième édition de la Balade des Pères Noël fût un beau succès.
C’est à partir de la place du marché couvert que les participants, un peu plus de 200, ont
sillonné le centre-ville de Comines-Warneton.

Nous allons y revenir avec de multiples photos sur la page Facebook de Ploegsteert.Info

Continue Reading

Comines : Saint-Nicolas rendra visite à la piscine.

La piscine Aqua-Lys vous invite ce mercredi 6 décembre, de 14h30 à 17h00, à venir rencontrer Saint-Nicolas et le père Fouettard sur les eaux… Les enfants recevront bonbons et oranges des mains de Saint-Nicolas après avoir fait un petit tour en bateau électrique sur l’eau. Une photo souvenir sera disponible sur Internet dans les jours qui suivent la manifestation.

Sachez également que lors de l’activité, le grand bassin ne sera pas accessible aux nageurs avant la fin de l’activité. Seuls, le petit bassin et la pataugeoire seront disponibles. L’entrée est fixée aux tarifs habituels (Pas d’abonnement). Le maillot de bain est obligatoire pour les enfants.

Inscription obligatoire à la Piscine Aqua-Lys, rue de la Procession 49 à Comines.

Continue Reading

Comines : Lili Leignel témoigne sur la Shoah

Il y a eu de nombreux moments d’émotion lorsque Lili Leignel, 92 ans, est venue témoigner de son enfance et de sa déportation de 1943 à 1945, au siècle dernier, sous le régime nazi en Europe. Lili (Keller – Rosenberg) est née dans une famille juive hongroise de trois enfants à Roubaix, juste de l’autre côté de la frontière belge. Ses expériences d’enfant, son expulsion et son retour via la Belgique ont touché de nombreux cœurs dans la salle de sport de l’Athénée Royal Fernand Jacquemin et ont peut-être encouragé la tolérance entre les différentes confessions et peuples.

Histoire de la vie.

Enfants, ils furent placés dans une famille pendant l’occupation jusqu’au 27 octobre 1943 à trois heures du matin. A ce moment, toute la famille était alors déportée à la prison de Loos, puis par un détour à la prison de Sint- Gilles (Bruxelles) pour être conduit à la caserne Dossin à Malines où les SS flamands maintenaient l’ordre. Elle-même, avec sa mère, son frère et sa sœur, a été emmenée au camp de concentration pour femmes de Ravenbrûck en Allemagne où elles ont été déshabillées, examinées à la recherche de corps étrangers. Ils ont dû revêtir des vêtements gris-bleu et ont reçu leur numéro de camp, à retenir (25612), qu’ils gardèrent par cœur pendant toute la durée de la déportation. Il y avait aussi une grande puanteur qui s’expliqua plus tard par la forte mortalité dans le camp où les morts étaient jetés dans de grandes fosses. Ils devaient survivre dans de grandes casernes de trois étages. Après un autre voyage en train dans des wagons à bestiaux, ils furent finalement transportés au camp de concentration de Bergen-Belsen. Là, tous les prisonniers devaient travailler pour les nazis qui étaient toujours sous la surveillance de dangereux bergers, les enfants étaient séparés de leurs mères et il n’était donc pas surprenant que des enfants disparaissent occasionnellement, provoquant d’immenses drames humains.

Libération

Le camp fut finalement libéré le 15 avril 1945 par les troupes d’élite anglaises qui prirent soin des nombreuses victimes et des malades. Même la nourriture fournie ne pouvait être consommée qu’à la pièce, ceux qui étaient trop gourmands devaient généralement la payer. Finalement, les enfants se sont retrouvés à Bruxelles Nord et de là à Paris, où ils ont été placés orphelins à l’hôtel Lutetia, qui existe encore aujourd’hui, en attendant que la famille soit retrouvée. Elle a été récupérée par une tante ravie qui a également réussi à retrouver leur mère par l’intermédiaire de contacts, grâce auxquels ils ont été réunis. Cependant, quelque temps plus tard, il a également été rapporté que son père n’avait pas survécu à sa déportation vers Buckenwald, car une semaine avant la libération du camp, il était toujours enfermé avec ses codétenus.

Décision

Une rencontre émouvante avec une dame courageuse qui a encore en elle la flamme de prôner la paix et la tolérance entre les peuples et de faire passer le message que l’Europe doit aussi surveiller de près l’arrivée des extrêmes car son slogan reste : partout où on me le demandera, je le ferai. Raconter à la France, à la Belgique, aux Pays-Bas, à l’Angleterre, voire à l’Allemagne et à l’Europe entière mon expérience de la tragédie inhumaine qui est arrivée à des millions de personnes pendant la Seconde Guerre mondiale.

En guise d’adieu final, elle a chanté a capella les chansons féminines chantées pendant la période du camp en néerlandais, tchèque, hongrois, allemand et bien sûr en français, sa langue maternelle, ce qui lui a valu une standing ovation. Au milieu de nombreuses émotions et larmes, elle a reçu de nombreux cadeaux et fleurs pour sa déclaration courageuse.

Info et photo Zenon B.

Continue Reading

Comines : Présentation de la rénovation de la MJC de Comines-Warneton.

Parmi les nombreuses activités proposées par la journée « Entracte », la présentation du projet de rénovation de la MJC de Comines-Warneton a été un des moments forts de cette journée.

C’est François Lichtlé du bureau GENERALE qui a présenté le projet commencé en 2017. Le projet, on l’espère, devrait se concrétiser en 2024, car ce joyau d’architecture en a grandement besoin. Le bâtiment mérite vraiment un projet de rénovation.
A l’origine, l’auteur du projet et de la construction de la MJC était l’ingénieur architecte Lucien Knockaert. Après quelques années de chantier, l’inauguration des lieux a finalement eu lieu en janvier 1977.
Le bâtiment est inscrit dans un courant architectural appelé le brutalisme, défini comme un mouvement social et artistique audacieux. Ce style architectural, issu du mouvement moderne, a connu son apogée entre 1950 et 1980. Il se caractérise par un design froid, minimaliste, la répétition d’élément architecturaux, l’absence d’ornements et par l’utilisation de matériaux dits  » bruts  » tel que le béton.
Parmi les édifices réalisés dans ce style, il y a la piscine de Wervik qui est, hélas, menacée de démolition. On y reviendra dans un autre article. Comme il existe très peu de patrimoine architectural de style « Brutalisme » en Belgique, néanmoins la MJC en fait partie, il est important de les protéger. La particularité de ces deux bâtiments est ce que l’on appelle, en termes d’architecture, « l’étage noble » c’est-à-dire l’idée de monter à l’étage les fonctionnalités principales du bâtiment.

Ainsi, à Wervik, le bassin est au premier étage ; de même, à Comines, la salle de spectacle, le foyer et les salles polyvalentes se trouvent également au premier niveau. Par ailleurs, la piscine de Wervik est l’unique piscine de Belgique à avoir cette fonctionnalité à l’étage, ce qui ne rend pas les choses faciles, ni à l’usage ni à la rénovation. La similitude entre les deux bâtiments se concrétise aussi avec des bas-reliefs dans le béton et l’usage, comme à Comines, de toiture à pente renversée.
Le projet de la construction a connu beaucoup de changements et de péripéties, comme le montre la maquette initiale. On constate aussi qu’il n’y a pas de piscine. On ne parlait que de centre culturel et de bibliothèque.
Lorsque le projet d’étude de la rénovation de la MJC a débuté en 2014, il n’y avait aucun plan d’époque. Il existe bien quelques plans, mais ils ne correspondent pratiquement pas à la réalisation actuelle. Cette situation n’a pas facilité le bureau d’étude qui a dû se baser sur les photos et les documents mis à disposition.
Le projet consiste en la rénovation de la Maison des Jeunes et de la Culture : en ce, compris notamment, l’accessibilité générale, le réaménagement global de la salle de spectacles, la scénographie, l’acoustique, la sécurité incendie et l’hygiène, le remplacement de vitrages, la ventilation, la restructuration de locaux de services, la création de locaux de travail, ainsi que la réaffectation partielle des sanitaires.

A l’aide de plans et de réalisations en trois dimensions, le projet de rénovation « avant-après » a retenu l’attention du public.

A l’issue de cette présentation, une seule question revenait sur toutes les lèvres :  » quand commence-t-on ? « 

Continue Reading